:: Administration :: Materiel :: Dossier Personnel :: Extraits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Zweig

Dice
PNJ - Compte utilisé par le Staff
Messages : 180
Points : 589
Date d'inscription : 23/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Nov - 16:56
MIR Juden || Snow

Âge : 18 ans
Orientation :bisexuel /
uke
Camps : Zweig
Famille : Pion
Rang : Pièce/Fantaisie
Date d'arrivé à Staunton : Il y a environs un mois.

▬ ft. Jack Frost des Cinq Légendes

Physique
Carnation : Peau pâle et fine
Taille : 1m72
Corpulence : Mince, presque maigre
Cheveux : Blanc
Yeux : Bleus
Signe(s) distinctif(s) : Se promène souvent pied nu.

Ce sourire doux et sympathique n'est en rien hypocrite. Il vous est bien adressé, et ce, sans mentir, ni sans mauvaise intention. Mais alors, dans quel but adresse-t-il ce sourire à tous ceux qu'il voit ? Parce qu'il est comme ça, tout simplement. Parce qu'il est Juden. Il est souriant et sympathique avec tout ceux qu'il croise, parce qu'il pense que le sourire est la plus belle chose au monde et que dès qu'il voit quelqu'un sourire, sa journée en est illuminée. Juden semble vivre chaque chose à travers les autres, et il est dur de penser qu'il fait cela dans le but, dans la volonté de s'oublier pour se centrer uniquement sur ceux qui l'entourent. Mais il n'en parle pas.
En un sens, il est plutôt secret sur lui-même, ne parlant que de ses goûts, ce qu'il aime et ce qui le passionne. Il ne raconte pas plus son passé qu'il ne le demande aux autres.
Il se montre souriant, vif, aventureux, aimant grimper aux arbres et se tenir en hauteur.
Ambition : Faire sourire les autres, toujours réussir ce qu'il entreprend, aider ceux qu'il aime et ceux qui en ont besoin, vaincre ses peurs.
Angoisse : Mourir, être invisible, être vulnérable, avoir mal.

Histoire

C'est flou... Tout est flou ... Je me souviens de l'hiver, je marche pied nu dans la neige, m'éloignant d'une vieille maison vétuste de laquelle s'échappent des cris. Je cherche à m'en éloigner, alors je cours, jusqu'à arriver à un lac, loin de la maison. J'ai froid, mes pieds sont devenus bleus à force de contact avec la neige. Je regarde le lac gelé, le reflet du ciel se refléter sur sa surface de glace. Je reste silencieux et m'imprègne des sons de la forêt. Ce calme... Tout était si paisible autour de moi et je sentais à peine le froid m'épuiser à petit feu. Je voulais juste être loin de tout, loin de mon quotidien. Mais quel quotidien ? Pourquoi tout est aussi confus...
Quand j'y réfléchis, j'ai l'impression que j'ai tellement voulu oublier, que j'ai réussi. Je crois me souvenir brièvement de disputes nombreuses. D'une envie de fuir. Et de la pauvreté. Mais surtout, le froid. Le froid prédomine tous mes souvenirs. Je ne devais pas vivre dans un pays où il faisait très chaud, ou alors seule la saison hivernale avait marqué suffisamment ma mémoire pour demeurer. Je ne me souviens pas être allé à l'école. Mais je sais à peu près lire, bien que j'aie quelques difficultés et que ça me prenne du temps. Je sais compter et je connais quelque chose. Que j'ai été à l'école ou non, j'ai bien appris des choses. Mais ... Je ne me souviens d'aucune relation avec les autres. Je me souviens juste de la solitude, de l'envie de fuir, de l'impression d'être inexistant. Je crois que... Je n'existais pas. Pour les autres, pour le monde... Ma présence était invisible. Et je crois que, à l'heure où j'ai disparu, personne ne s'est soucié de moi. Personne ne doit se souvenir de moi ou alors, de façon aussi floue que je me souviens d'eux.

Je me souviens que ce paysage d'hiver disparaissait progressivement. Je me laissais tomber sur le côté, couché dans le froid, et je m'endormais. Fatigué. Oui ... Je me souviens de la fatigue. J'étais fatigué de tout ! Des disputes, de la solitude, du froid, de moi, de vivre... Et de probablement tout un tas d'autres choses dont je ne me souviens plus. Mais j'étais épuisé de toutes ces choses et je m'endormais dans la neige. Je croyais qu'après, tout serait fini et que le monde entier m'oublierait et vivrait paisiblement sans ma présence inutile. Mais ça ne s'est pas vraiment fini comme ça, si non, je ne serais pas là pour en parler.
*****
Je me suis réveillé dans une pièce. J'avais encore la sensation de froid présente dans tout mon corps, mais j'étais à l'intérieur d'un bâtiment, et une personne se tenait à côté de moi. J'avais une sensation étrange... Celle d'être en grand danger ! Et je regardais cette personne, me demandant si le danger, ce n'était pas elle. Mais cela part vite, car cette personne qui était à côté de moi n'avait rien de dangereux. Elle m'était... Presque familière, mais je ne me souvenais pas avoir connu de personnes à la présence aussi rassurante que celle-ci. J'essayais de me redresser, mais c'était comme si mon corps avait été vidé de toute énergie, je n'avais pas de force et me retrouvais vite à nouveau allongé, n'ayant pas été relevé de bien haut. Je me retourne alors vers cette présence, réalisant qu'il s'agissait d'un enfant. Comme s'il n'avait compris ma présence qu'à l'instant, il fermait le livre qu'il lisait et se mit à tout m'expliquer.

" Bonjour. Votre sommeil fut agréable ? Je présume que non.

Vous venez de mourir et je vous ai ramené à la vie. Ne me remerciez pas, cela à un prix : vous avez perdu une partie de votre mémoire. Je vous déconseille d'essayer de les retrouver, nos ennemis, les Chess, risqueraient d'en profiter pour vous manipuler. "


J'étais.... Mort ?! Il me disait cela avec toute la simplicité du monde, comme si cette information était moindre. J'étais mort et il m'avait ramené à la vie... Qui peut ramener quelqu'un à la vie ?! Et... Comment ?! J'étais probablement mort de froid, seul dans la forêt, de façon aussi insignifiante que semblait l'être mon existence des faibles souvenirs que j'avais. Alors... Pourquoi me ramener, moi, à la vie ? A quoi bon , pour quel but ?
Il me disait que j'avais peut-être été tué par un Chess, n'expliquant que plus tard qu'il s'agissait de nos ennemis et qu'ils étaient de criminels. J'essayais de forcer ma mémoire comme pour confirmer la cause réelle de ma mort, mais rien ne me revenait. Il me faisait douter, cet enfant... Étais-je réellement mort de froid ? Ou ce souvenir était tout simplement le dernier qu'il me restait, laissant un large creux dans ma mémoire de cet instant à celui de ma mort réelle ?
Je ne comprenais pas tout, et la suite de ses explications me perdaient d'avantage ... Il expliquait que nous avions des alliés, les Fide, et décrivait la couleur que chacun portait. À cet instant, mon regard s'attardait sur sa tenue. Il disait que nos ennemis, les Chess donc, portaient du blanc. Et, lui-même était vêtu de blanc ! Qu'est-ce que cela voulait dire ?! Ça n'avait aucun sens... Et je voulais lui poser la question, mais ma gorge était sèche et aucun mot, aucun son ne voulait sortir de ma gorge. L'enfant finissait tranquillement ses explications, comme si ma réaction n'importait pas.
Il me parle d'armes. Il dit très exactement " les armes que vous avez ", sauf que je ne me souvenais pas avoir d'armes en ma possession... Puis il ajoutait que je ne pourrais m'en servir qu'en dernier recours, qu'autrement je n'avais pas le droit.
Par la suite, il me donnait un journal, m'expliquant que c'était le mien, puis partait, me laissant là, seul, avec mes tonnes de questions ! J'attendais de récupérer mes forces, puis réussissait à me redresser.
Dans la pièce, je voyais enfin ces armes. Un pistolet et une dague. Je les observais, me demandant si je saurais seulement m'en servir. De toute façon, je ne devais les utiliser qu'en cas d'urgence, autrement, elles servaient plus à décorer qu'autre chose.

Quand les forces m'étaient revenus, je pouvais enfin me lever. J'allais porter les armes pour constater de leur poids, le pistolet était plus lourd que ce que je m'imaginais. Je faisais mine de viser sans tirer pour voir si j'arrivais au moins à faire ça, et je me disais qu'il serait bien de s'entraîner à s'en servir... Car avoir de quoi se défendre sans savoir comment si prendre, ce n'est pas très utile. Je le reposais et regardais cette fois la dague. Je constatais de sa longueur, son épaisseur et son poids. Je l'examinais comme si je n'en avais jamais vu de toute ma vie. Une fois cela fait, je cherchais comment les transporté, et une fois équipé de mes objets, je pouvais enfin sortir.

Avant de sortir de la pièce, je m'étais arrêté, main sur la poignée, regard perdu dans le vide, et je réfléchissais. Des rares souvenirs que j'avais de ma vie, j'étais une personne invisible et insignifiante. Je ne voulais pas que ça se reproduise. Je voulais être quelqu'un d'exceptionnel ! Quelqu'un qu'on n'oublierait pas facilement, qui marquerait les esprits ! Quelqu'un qui saurait faire face à n'importe quelle situation et qui saurait redonner le sourire à n'importe qui ! Comme mon existence toute entière allait se reposer sur la façon dont les autres me voyait... J'allais tout faire pour que ces autres, ces êtres inconnus, aillent bien et ce grâce à moi. S'ils vont déjà bien, j'accentuerais leur bonne humeur ! S'ils vont mal, je leur remonterai le moral ! Je serais une personne souriante et légère qui transmet sa bonne humeur ! J'existerais de par mon sourire.

Étant sorti, j'étais allé dans un endroit où il n'y avait personne que je pourrais blesser, et j'avais essayé mes armes. Le pistolet m'était trop dur à manier, j'arrivais à peu près à viser, mais le choc du tir me propulsait en arrière et je n'arrivais pas à maintenir la trajectoire voulue, la balle partait complètement ailleurs et je me retrouvais les fesses à terre. A part en frappant la menace avec l'arme, elle était inutilisable pour moi. Quant à la dague, je m'en sortais peut-être mieux, mais elle n'était pas suffisante et j'étais sûrement trop facile à maîtrisé. Presque maigre, je n'étais pas bien fort physiquement, probablement n'étais-je pas un sportif de mon vivant.
Au fil des jours, j'écrivais brièvement dans mon journal. Je n'y accordais pas grande importance, mais je me disais qu'il me serait utile, alors je le gardais toujours. Je découvrais progressivement le fonctionnement de ce lieu, tout en restant distant par rapport aux autres. J'avais encore trop peur pour leur parler, je voulais gagner en confiance en moi.
Un jour, en marchant dans une forêt, je trouvais un grand bâton avec une forme un peu particulière. On aurait dit une sorte de crosse de magicien qui formait comme une lune à son sommet. Je le prenais pour marcher, pour prendre appui. Puis, au fil de ma marche, je m'étais fait une réflexion. Et s'il m'était plus facile de me défendre avec ce bâton qu'avec le pistolet ? Je ne saurais dire comment mes pensées m'ont guidée à cette réflexion, mais j'en étais venu là et je me retrouvais à simuler un combat contre un ennemi imaginaire, dans les bois. C'était plutôt ridicule en un sens, mais je me sentais plus à l'aise. Le bâton était plus léger, je pouvais faire tomber l'adversaire sans me rapprocher de lui, peut-être le désarmer en cognant dans son arbre, je pouvais m'appuyer dessus pour ne pas tomber et, avec de l'entraînement, m'aider de lui pour sauter plus haut, ou m'accrocher à une branche en hauteur pour y grimper ensuite.
Comme je ne savais pas quoi faire de mon arme à feu, que je ne voulais pas garder, car elle m'était vraiment plus encombrante qu'autre chose, et que je ne savais pas où la poser, je l'avais mise dans une boîte aux lettres au hasard, veillant à ce que ça reste dans la zone de ma couleur, histoire qu'elle serve.

Désormais que j'avais trouvé un peu plus mes marques, je devais me décider à faire réellement connaissance avec cet endroit et à mettre en œuvre ma stratégie pour exister.

Capacité active : Soin des blessures physiques uniquement
Capacité Passive : Acuité, sort qui permet de détecter les pièges/sorts invisibles.
Capacité Spécial : Régénération
Arme principale : Un bâton plus grand que lui et très fin (+3 ATK)
Arme secondaire : Une dague (+2 ATK)  
Uniforme : Il n'aime pas trop les uniformes et s'il conserve son appartenance avec un gilet bleu, il a vite quitté l'uniforme standard pour une tenue simple.
Munition: Easy(+1 PRE ; +2 ATK)
Accesoires: Bouclier (+2 DEF)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
End Game :: Administration :: Materiel :: Dossier Personnel :: Extraits-
Sauter vers: